Un art du quotidien

Elle est curieuse de tout, entre dans sa vie de grande personne en voulant tout essayer. Elle aime les mots (la littérature), les formes et l’espace (l’architecture), le dessin (les couleurs). 

Elle s’inscrit à un atelier de céramique où elle crée des pièces bizarres, pas sages du tout. Elle refuse les formes rigides, prévisibles et grises; la vie qu’on nous impose l’est bien trop. Ce qu’il faut, tous les jours, c’est rappeler la joie; faire une tasse un pot une cabane d’oiseaux une cocotte pour la joie. Rendre la joie visible, et qu’elle puisse habiter avec nous la vie de tous les jours, mener bataille au terne quotidien, transgresser ses lois... 

Comment cela se crée

Il y a cette idée qui trotte dans sa tête; elle la regarde. L’idée est une cocotte qui ne ressemble pas à une cocotte. Comment va-t-elle la sortir de là, lui donner forme? Elle met les mains dans la terre, essaie, tâtonne longtemps (parfois pas) et puis elle trouve. Elle a tenté le dessin, la peinture, l’architecture, mais la céramique est le seul médium artistique qui lui permet de sortir cette cocotte de sa tête, de reproduire ses idées. Quelle satisfaction, donner forme à une idée qui correspond à ce qu’on imagine! Et des idées, il y en a, elles tourbillonnent dans sa tête, se nourrissent de tout ce qui bouge, de tout ce qu’elle voit et entend. Inspiration qui s’appuie aussi sur l’œuvre de figures marquantes : Niki de Saint-Phalle, Miro, Calder, les collages de Matisse, Hundertwasser, pour ne nommer que ceux-là, et sans oublier l’art africain.

Les mots des autres

Depuis toujours, elle aime les mots. Ceux qu’elle trouve justes, elle les calligraphie sur un pot, une assiette. Que les mots et leurs belles courbes soient toujours exposés, offerts à tous. Elle rêve avec les haïkus et voyage avec les proverbes africains. Les gens aiment lire ses pièces. Ils prennent le temps de s’arrêter, ils commentent. Elle comprend qu’ils sont comme elle, avides de mots qui ne sont pas ceux des publicitaires. Des mots qui parlent vraiment, qui ouvrent des profondeurs, libèrent des émotions.

La rencontre avec l'autre

Elle doutait, pas toujours, mais assez souvent. Est-ce que les gens vont se reconnaître dans ce que je fais? Est-ce qu’ils vont voir la joie de créer l’emporter sur le côté pratique de la vie? Ils ont été nombreux à lui répondre oui. Ils ont reconnu leur désir de joie dans ses pièces colorées, inusitées, vives. 

Maintenant, cette reconnaissance lui donne de grands élans…       

Elle n’a pas fini d'inventer !


Using Format